es-HUREAU, l'anti-héros.....

20.04.2020

Article "Le Républicain Lorrain" 2014

Licencié à Metz depuis deux ans, l'Angevin Damien Hureau est un des tous meilleurs tireurs du monde. Portrait d'un modeste pas reconnu à sa juste valeur.

Attention, fausse idée. Si Hureau, sous le maillot de Metz depuis deux ans, est habité par la modestie, il n'est pas dénué d'ambitions. Au contraire : derrière l'allure légère et la voix claire couve une vraie machine à gagner. Rien que jeudi soir, à peine 24 heures avant un week-end de Coupe d'Europe, Hureau était en Alsace pour une étape du Masters remportée de main de maître au côté de Philippe Suchaud et Christian Fazzino. Oui, Suchaud, l'homme dix fois champion du monde, et Fazzino, rien de moins que le joueur du XXe siècle selon la Fédération Internationale. Ça situe le bonhomme.

Du coup, quand Serge Sala, le président messin, parle de lui « comme un membre important de l'équipe depuis 2 ans » , c'est facile de le croire. « Beaucoup plus discret qu'un Claudy Weibel par exemple » toujours selon son président, le champion du monde 2003 sera l'un des hommes à suivre d'une équipe qu'il a rejoint par amitié... Pour Weibel. Et il ne regrette pas : « Franchement, en ce moment, je ne pense pas qu'il y ait une équipe au-dessus de Metz. En dehors de l'époque où le DUC de Nice dominait, jamais personne n'avait autant gagné. Si on les avait rencontrés au sommet ? Je ne sais pas, sur une partie, tout peut être jouable. »

100 000 km par an

Grâce à la pétanque, Damien Hureau est aussi devenu un globe-trotter hors pair. Et si les kilomètres au compteur commencent à s'accumuler - « au moment de mon titre de champion du monde, je devais parcourir dans les 100 000 km par an rien qu'en voiture » -, l'homme ne regrettera jamais d'être tombé dans la marmite petit. Un papa et un oncle joueurs, un frère qui a aussi connu le haut niveau et lui, enfin, qui a pu découvrir de très jolies choses. « Il y a, je ne sais pas, à peu près 80 Fédérations nationales de pétanque dans le monde , explique-t-il. Certaines d'entre elles, pour améliorer leur concours, invitent des joueurs français. Du coup, j'ai pu aller aux États-Unis, en Thaïlande, à Taïwan, voir beaucoup de gens dans pas mal d'endroits où je n'aurais sans doute jamais mis les pieds sans la pétanque. » Comme à Metz ?

Michael PERRET.